Un étudiant en design imagine une typographie inclusive

La rédaction épicène ou plus communément appelée écriture inclusive est une méthode destinée à ne produire aucune discrimination sexiste. Mais bien souvent, elle provoque des phrases à rallonge qui deviennent souvent disgracieuses et parfois même incompréhensibles. Pour remédier à cela, le jeune designer, encore étudiant à la HEAD de Genève, Tristan Bartolini a imaginé une typographie d’un nouveau type, incluant des caractères jusqu’ici inédits !

Un travail de graphiste très intéressant qui a poussé le designer à donner naissance à de nouvelles lettres. Par exemple, il a regroupé au sein du même caractère typographie le « e » et le « a » de « le » et « la » pour ne former qu’un seul signe ! Ce sont plus de 40 caractères non genrés qui ont été dessinés par le créatif. Soyons clairs, écrire «l’inclusif-ve», ce n’est pas très satisfaisant d’un point de vue purement esthétique, voici une des raisons qui a poussé le designer à mettre au point ces nouveaux caractères. Mais la principale motivation de Tristan Bartolini était avant tout d’œuvrer pour un monde meilleur et plus inclusif.

Pour la Tribune de Genève, ce graphiste passionné de typo revenait sur sa création : «Je cherchais un thème d’étude au service d’une cause, en accord avec mes engagements et convictions. L’idée m’est tombée du ciel. Il y avait beaucoup de débats autour de l’écriture épicène. Elle devenait de plus en plus fréquente dans les documents administratifs, les publicités. Je me suis dit que ce n’était pas qu’une affaire de linguistes, que l’on pouvait amener des solutions graphiques. J’aimerais que ce projet ne soit qu’un début. Ce système de caractères peut s’adapter à d’autres polices d’écriture. Dès lors, ce serait bien que des typographes intègrent mes signes dans leurs propres créations. J’ai simplement créé un outil de communication. D’autres pourraient l’utiliser pour faire passer un message.»

Un travail de création qui s’est axé autour de deux axes principaux : la visibilité et la lisibilité de ces nouveaux caractères. Ainsi, leur design semble évident, pratique, simple à utiliser. Une belle réussite qu’il nous tarde de pouvoir utiliser sur nos claviers, qui sait, peut-être dans quelques années ?

Pour son projet de typographie épicène, Tristan Bartolini a remporté le Prix Art Humanité 2020 de la Croix Rouge Suisse.

Source

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s